De l’importance du travail d’équipe…

Beaucoup des gens qui me côtoient savent que j’aime les cas complexes, les challenges, les patients dont on n’espère plus grand chose…et bien, c’est vrai! D’une part parce que leur donner une chance me laisse supposer qu’il ne faut jamais baisser les bras, d’autre part parce que ces cas, un peu désespérés, nous apprennent souvent beaucoup de chose…Avec eux, il faut savoir prendre du recul, patienter, faire des erreurs, réessayer…pour voir l’ébauche d’une progression, et après, avoir l’espoir timide d’une rémission. En cette trêve de Noël, il faut quand même admettre qu’un peu d’espoir et de douceur fait chaud au cœur….

C’est en reprenant après mon congé maternité que j’ai consulté Boréal pour la première fois, il y a presque 2 ans. Jeune Selle français de 5 ans à l’époque, il posait bien du soucis à sa propriétaire Anne-Joëlle Dixneuf: physique ingrat, tempérament nonchalant à mou, avec des crises inexpliquées où il désarçonnait violemment son cavalier, quel qu’il soit…Joli motif de consultation. Je me rappelle l’impression que j’ai eu en rentrant dans son boxe: une grosse carcasse grise mal agencée, un poulain inerte au physique ingrat. Pour résumer: une tronche de poulinière parasitée et oubliée au fond d’un pré sans herbe. Et pourtant les soins sont là, et il faut reconnaître qu’il a un truc d’attachant ce cheval. Un regard doux, un côté gentil nounours. Niveau ostéopathique…c’est un peu la catastrophe. Rien ne bouge, beaucoup de dysfonctions viscérales et surtout…une Force de Traction Médullaire impressionnante. Lire la suite